SPAD VII

De tous les avions du Musée de l’Air et de l’Espace, le SPAD VII de Guyemer demeure le plus précieux car plus qu’un appareil il rappelle le souvenir du Héros et à lui seul symbolise la lutte de milliers de jeunes hommes prêts à se sacrifier en combat aérien pour leur Patrie. S’il existe actuellement encore quelques avions d’As de la Première Guerre Mondiale aucun n’a conservé sa toile originale et n’a fait l’objet d’une restauration aussi minutieuse.

Une grande réussite

Le SPAD VII fut conçu par Louis Béchereau autour du moteur Hispano-Suiza 8 HS de 150 ch mis au point par Marc Birgkit en 1915. Le prototype vola en avril 1916 piloté par Becquet. Il montra immédiatement des performances très supérieures à celles des avions alors en service. Commandé à 268 exemplaires la production mit beaucoup de temps à s’organiser puisque 207 seulement avaient été construits à la fin de l’année, avec des moteurs de 150 ch.

maquette Spad 7

Le Vieux Charles

Guynemer reçut fin décembre le premier exemplaire à moteur surcomprimé donnant 180 ch, le S 254. Avec celui-ci, l’As remporta pas moins de 16 victoires homologuées en six mois de combats, une longévité exceptionnelle à l’époque pour un chasseur.

Très grande série

Les difficultés de production étant surmontées, d’autres usines en réalisèrent à leur tour non seulement en France (3 355) mais aussi en Angleterre (137) et en Russie (63). Malgré l’arrivée du SPAD XIII à l’automne 1917, le SPAD VII demeura heureusement dans toutes les unités de chasse du front, car son successeur rencontra des déboires importants dus au réducteur, au point de le retirer momentanément des unités  combattantes. Le SPAD VII C1 continua brillamment à tenir son rôle jusqu’à l’apparition du Fokker D.VII aux performances similaires.

Fiable

Les principaux avantages du SPAD VII provenaient de la qualité de son armement, d’un moteur fiable et surtout de l’intégrité de sa structure qui lui permettait de piquer sans restriction de vitesse. Durant la Guerre il servit sous les couleurs  Britanniques, Belges, Grecques, Italiennes, Russes et Serbes.

L’avion du musée

Le « Vieux Charles », avion original de Georges Guynemer et exposé au musée.

Dans la même période :

L'objet du mois : l'assiette Fluctuat nec mergitur

Assiette : Fluctuat nec mergitur

Médaille militaire et Croix de guerre de Jean Chaput

Fuselage de chasseur Spad XIII

NACELLE DU ZEPPELIN LZ 113

VOISIN L.A.S

Nieuport 11 « Bébé »

NIEUPORT XI

JUNKERS J.9 (DI)

DE HAVILLAND D.H. 9

BREGUET XIV A2

Caudron G3

Caudron G.3

Exposé dans le même hall :

L'objet du mois : l'assiette Fluctuat nec mergitur

Assiette : Fluctuat nec mergitur

Médaille militaire et Croix de guerre de Jean Chaput

Portrait en miniature de Jacques-Etienne et Joseph Montgolfier

Fuselage de chasseur Spad XIII

APAD 1

SNCASE SE 3130 Alouette II

Aérospatiale SA 321 G Super Frelon 144

Aérospatiale SA-316B Alouette III 1115 F-ZBAN Sécurité Civile

DASSAULT MIRAGE III C

Saab Sk 37E Viggen

SUD AVIATION SE-210 CARAVELLE

Short S.25 Sandringham Mk7 Bermuda F-OBIP

Boeing 727-22F Bud N166FE FedEx

Aérospatiale SN-601 Corvette 100 31 F-GJAP Airbus

BREGUET Br 941S

Polikarpov I-153

Heinkel He 162 A-2 Spatz

Casa C-2.111D BR.21 Pedro Heinkel He 111H-16

Bücker Bü 181C.3 Bestmann

Bernard 191 GR N°2 Oiseau Canari

NACELLE DU ZEPPELIN LZ 113

VOISIN L.A.S

Nieuport 11 « Bébé »

NIEUPORT XI

JUNKERS J.9 (DI)

DE HAVILLAND D.H. 9

BREGUET XIV A2

Caudron G3

Caudron G.3

Voisin Farman

SANTOS-DUMONT DEMOISELLE

Morane-Saulnier type H

LEVAVASSEUR ANTOINETTE

DEPERDUSSIN B