Photographie anonyme de Joséphine Baker

L’avion Dakota sera fermé à la visite entre le mardi 21 et le jeudi 23 mai inclus. Le Hall Seconde Guerre mondiale reste accessible pendant cette période.

Le hall Concorde sera fermé le vendredi 24 mai pour le montage du festival Cercle. Le tarif de l’entrée, check-in & boarding pass, est adapté en conséquence.

Le musée sera fermé le samedi 25 et le dimanche 26 mai à l’occasion du festival Cercle.

Le hall Concorde sera fermé le vendredi 7 juin.
Merci de votre compréhension.

Objet du mois

A la fin de l’été 1925, Joséphine Baker (1906-1975), de son vrai nom Freda Josephine McDonald, arrive à Paris avec une troupe de Broadway, pour danser dans le spectacle de music-hall, la « Revue Nègre », au Théâtre des Champs-Élysées. Cette production à succès est la première d’une série qui va l’élever au statut de première star afro-américaine. Le musée de l’Air et de l’Espace conserve quelques photographies de cette figure vedette incontournable des années folles, dans un contexte aéronautique, loin des planches mais néanmoins familier pour cette figure majeure des arts du spectacle du XXème siècle.

Cette image présente Joséphine faisant le spectacle sur l’aile d’un Lioré et Olivier 213 de la compagnie Air-Union sur l’aéroport du Bourget. Elle se met en scène dans une posture provocatrice de « la danse sauvage », un tableau du spectacle la « Revue Nègre ».

Une autre passion anime l’artiste. Férue de sport et de vitesse, elle s’oriente vers l’aviation après l’obtention de son permis de conduire automobile en 1927. Le transport aérien lui donne le sentiment de dépassement de sa condition en étant « plus que des rois » tel qu’elle le confie à une journaliste de la Vie Aérienne. Ainsi, elle obtient son brevet de pilote fin mai 1937. Sa notoriété et son succès en France lui ont permis de s’affranchir des multiples obstacles, notamment financiers, qui mettront un terme à la carrière de bien d’autres femmes contraintes de renoncer à leur souhait de voler.

Autre lien méconnu avec l’aviation, le 13 septembre 1906, l’aviateur Santos-Dumont effectue son premier vol historique à Bagatelle. Au cours d’une allocution suivant son exploit, il aurait prononcé la phrase : « J’ai deux amours, mon pays et Paris ». Durant les années 1930, Joséphine Baker interprète le titre mondialement connu comprenant cette phrase. Hasard ou volonté des paroliers, l’histoire ne le dit pas…

Naturalisée française en 1937, elle met sa passion pour l’aviation au service de sa nouvelle patrie d’adoption, en suivant la formation Infirmière Pilote Secouriste de l’Air (IPSA) de la Croix-Rouge française. Recrutée comme agent de renseignement dès 1939, Joséphine Baker contracte un engagement dans l’Armée de l’Air en mai 1944, dans le cadre des Formations Féminines de l’Air en tant que sous-lieutenant, officier de propagande, rédactrice. Elle effectue alors des tournées théâtrales organisées au profit des œuvres sociales, des unités engagées, prisonniers ou déportés, contribuant ainsi au maintien du moral des troupes, de l’Afrique du Nord en passant par le Moyen-Orient et jusqu’en Allemagne.  Le 6 juin 1944, elle est passagère d’un Caudron C.440 Goéland qui est contraint d’amerrir au large de la Corse. Les rescapés sont secourus par des tirailleurs sénégalais. Deux d’entre eux périssent victimes de leur bravoure. Cette tragédie met fin à sa passion pour l’aviation et elle ne reprendra plus jamais les commandes d’un avion.

Après la guerre, Joséphine Baker reçoit de multiples décorations militaires et civiles ces engagements et le 30 novembre 2021, elle fait son entrée au Panthéon.

Texte : Vincent Dhorne

Illustration : © Musée de l’Air et de l’Espace – Aéroport de Paris-Le Bourget

Dans la même période :

Le dirigeable Zodiac V11 et hangars Freysinnet

Affiche Deutsche Zeppelin Reederei

Hydravion-jouet lieutenant de Vaisseau Paris

Cellule de l’avion Caudron C.714-R

Buste de Jean Mermoz

Robert Mallet-Stevens : affiche aéroport du Bourget grand prix de Paris

SchulGleiter (SG) 38 caréné

SchulGleiter (SG) 38

Avia 41 p

Avia 40p

Pointe avant du Zeppelin LZ 121 Méditerranée

Farman 455 Super Moustique

Caudron C.277 Luciole

Potez P.43/7

Caudron C.60

Morane-Saulnier 230

De Havilland DH 89A Dragon rapide

Projet pour un monument en l’honneur d’Henry Farman et des frères Voisin

Carte météorologique préparatoire au raid Paris-New York par Dieudonné Costes et Maurice Bellonte, 31 août 1930

Morane-Saulnier AI n° 2283 F-ABAO

Dewoitine D 530 N°6 F-AJTE

Train d’atterrissage du Levasseur PL.8 Oiseau Blanc

Potez 53

Planeur DFS « Habicht »

Junkers F-13

Farman F-60 Goliath

Caudron C-635 Simoun

Breguet XIX TF Super Bidon Point d’Interrogation

Bernard 191 GR N°2 Oiseau Canari

Exposé dans le même hall :

Assiette décorative

Le dirigeable Zodiac V11 et hangars Freysinnet

Affiche Deutsche Zeppelin Reederei

Hydravion-jouet lieutenant de Vaisseau Paris

Hansa Jet HFB 320

Maquette de la navette Hermès à l’échelle 1

Cartes en relief pour l’établissement de prédictions radar de Mirage IIIE

Hector Trotin Dirigeable Santos-Dumont n°6

Maquette d’hydravion Sunderland

Jouet téléguidé Moon Explorer M-27

Estampe – La Punition du cerf-volant

Enregistreur miniature SFIM type A 27 X

Baroudeur SE. 5003 n°3 (F-ZWTV)

Le Chemin des étoiles, de Constantin Tsiolkovski

Jouet Space Scout S-17

Pigeon voyageur du Siège de Paris

Jouet Capsule 6

Casque de vol stratosphérique EFA type 23

Maquette de soufflerie de 2006 du SpacePlane

Maquette à l’échelle 1/4ème du satellite Hélios I

Nacelle de ballon stratosphérique

Pendule : gonflement du ballon de Charles et Robert

Récepteur de radiotélégraphie embarqué type n°4

Hydro-aéroplane Fabre

Assiette : Paris assiégé

Planeur Chanute type biplan à empennage cruciforme

Pendule ballon de Charles et Robert, dit « charlière »

Calculateur de route du dirigeable Adjudant-Vincenot

Caudron C.277 Luciole