L'objet du mois : l'assiette Fluctuat nec mergitur

Assiette : Fluctuat nec mergitur

Le service réservation pour les visiteurs en groupe (minimum 10 personnes) n’accepte plus de demandes pour le mois de février et mars.

Les Halls de la Cocarde et des Prototypes seront fermés les mercredis 6 mars et 3 avril à partir de 14h00 et jusqu’à la fermeture du musée.

En raison du démontage de l’exposition « Les Années folles de l’aviation » le hall de l’Entre-deux-guerres sera fermé du lundi 4 au lundi 25 mars.

Merci de votre compréhension.

Dès 1914, Paris constitue l’une des cibles privilégiées des avions et des dirigeables allemands. Sans objectif réellement stratégique, ces bombardements visent la population, en violation des conventions internationales. L’assiette ornée de la devise de la ville de Paris « Fluctuat nec mergitur » témoigne de cet aspect méconnu de la Grande Guerre.

Pendant la Première Guerre mondiale, les attaques perpétrées sur des villes trouvent un grand retentissement dans la presse, qui en dénonce le caractère barbare et illégal. Ces raids, qui brisent la limite traditionnelle entre le front et l’arrière, signifient ainsi à la population tout entière qu’elle est susceptible d’être frappée. Bien que le nombre de victimes reste limité, une guerre psychologique s’instaure, dans laquelle la menace aérienne devient un levier puissant de la totalisation du conflit.

Stigmatisant les raids allemands, la propagande française investit aussi les assiettes dont l’iconographie patriotique, suivant une tradition ancienne, participe à la mobilisation de l’arrière. Les bombardements sur Paris et les épreuves subies par sa population font ici l’objet d’une injonction au souvenir : « Paris bombardé », « Jurons de ne pas oublier ».

Formée à l’Académie Julian (Paris), l’auteure du décor de l’assiette, Madeleine Zillhardt (1863-1950), réalise de nombreux modèles pour la manufacture de Sarreguemines. Elle apporte notamment son soutien à Clemenceau avec l’assiette « Bravo Tigre ». Acquise en vente publique en 2017, ainsi qu’une pièce en hommage aux as de la Grande Guerre, l’assiette « Fluctuat nec mergitur » a rejoint la riche collection de faïences commémoratives du musée de l’Air et de l’Espace, dont les plus anciennes remontent à la fin du 18e siècle.

Dans la même période :

Récepteur de radiotélégraphie embarqué type n°4

Calculateur de route du dirigeable Adjudant-Vincenot

Fokker D.VII

Aile de Spad VII

Farman MF.7

Caudron G.4

REP type K

Nieuport IIN

Fléchette incendiaire Pacton

Portfolio Nos escadrilles pendant la Grande Guerre

Médaille militaire et Croix de guerre de Jean Chaput

Fuselage de chasseur Spad XIII

Moteur du SPAD XIII piloté par Roland Garros

Nacelle du Zeppelin LZ 113

Voisin L.A.S

Nieuport XI

Junkers J.9 (DI)

DE HAVILLAND D.H. 9

Breguet XIV A2

Spad VII

Caudron G3

Caudron G.3

Exposé dans le même hall :

Récepteur de radiotélégraphie embarqué type n°4

Fokker D.VII

Aile de Spad VII

Farman MF.7

Caudron G.4

REP type K

Fléchette incendiaire Pacton

Médaille militaire et Croix de guerre de Jean Chaput

Fuselage de chasseur Spad XIII

Moteur du SPAD XIII piloté par Roland Garros

Nacelle du Zeppelin LZ 113

Nieuport XI

Junkers J.9 (DI)

Breguet XIV A2