Junkers J.9 (DI)

Dès 1915, Hugo Junkers étudie un avion entièrement métallique à aile-basse. Ce concept novateur est refusé par l’armée malgré sa structure en duralumin qui offre une relative sécurité aux pilotes. Finalement, le J.9 est accepté par les militaires qui le désignent DI et l’emploient dans les derniers mois de la guerre. Malgré ses qualités de vitesse et de maniabilité, seuls 41 exemplaires sont construits, notamment en raison d’une construction difficile. L’appareil conservé au Bourget est le seul exemplaire existant encore dans le monde.

Dans la même période :

Calculateur de route du dirigeable Adjudant-Vincenot

Fokker D.VII

Aile de Spad VII

Farman MF.7

Caudron G.4

REP type K

Nieuport IIN

Fléchette incendiaire Pacton

Portfolio Nos escadrilles pendant la Grande Guerre

L'objet du mois : l'assiette Fluctuat nec mergitur

Assiette : Fluctuat nec mergitur

Médaille militaire et Croix de guerre de Jean Chaput

Fuselage de chasseur Spad XIII

Moteur du SPAD XIII piloté par Roland Garros

Nacelle du Zeppelin LZ 113

Voisin L.A.S

Nieuport XI

DE HAVILLAND D.H. 9

Breguet XIV A2

Spad VII

Caudron G3

Caudron G.3

Exposé dans le même hall :

Fokker D.VII

Aile de Spad VII

Farman MF.7

Caudron G.4

REP type K

Fléchette incendiaire Pacton

L'objet du mois : l'assiette Fluctuat nec mergitur

Assiette : Fluctuat nec mergitur

Médaille militaire et Croix de guerre de Jean Chaput

Fuselage de chasseur Spad XIII

Moteur du SPAD XIII piloté par Roland Garros

Nacelle du Zeppelin LZ 113

Nieuport XI

Breguet XIV A2