APAD 1

Créée en 2004, la section de recherche de la Gendarmerie des transports aériens (GTA), implantée sur l’aéroport de Paris-Charles –de-Gaulle, est notamment chargée des enquêtes judiciaires faisant suite aux accidents d’aéronefs civils. C’est dans ce cadre que depuis 2013, l’unité utilise des drones en complément des hélicoptères, notamment lors des phases de constatations qui se déroulent sur les sites de crash.

L’APAD (pour aéronef piloté à distance) n°1 est le tout premier drone utilisé par la GTA. Il s’agit d’un engin d’origine civile – le DJI Innovation Phantom 1 – repeint en bleu et doté d’une plaque mentionnant son identité d’aéronef d’état militaire : APAD n°1. Exploité de 2013 à 2015, sa vie d’usage se résume à 25 h 30 d’utilisation… chaque vol n’excédant pas 8 minutes, du fait de l’autonomie des batteries de l’époque. Ce drone aura été principalement employé par la GTA dans ses missions de police judiciaire que sont les enquêtes faisant suite aux accidents d’aéronefs civils, en particulier lors de la phase de constatations.

Le musée de l’Air et de l’Espace vient de procéder à l’acquisition de ce drone qui rejoint donc la collection d’aéronefs. Celle-ci comprenait déjà trois appareils pilotés à distance, de l’armée de Terre et de l’armée de l’Air : le MART II (actuellement exposé dans le hall de la Cocarde), le Spectre (système Crécerelle) et le RQ-5 Hunter. L’APAD 1 témoigne non seulement de l’exploitation d’un outil nouveau pour la Gendarmerie des transports aériens en complément de l’hélicoptère, mais également de l’emploi militaire d’un bien de grande diffusion.

L’objet est complet, avec ses dispositifs de radiocommande et de contrôle (écran), sa caméra vidéo, ses documents réglementaires, ses pièces de rechange et sa mallette de transport. La GTA l’a conservé en l’état, évitant de le « préparer » pour son entrée musée. Il porte donc les traces d’usage qui accompagnent 17 mois d’exploitation. Nous envisageons de l’exposer dans le hall de la Cocarde prochainement.

Exposé dans le même hall :

Portfolio Nos escadrilles pendant la Grande Guerre

L'objet du mois : l'assiette Fluctuat nec mergitur

Assiette : Fluctuat nec mergitur

Médaille militaire et Croix de guerre de Jean Chaput

Portrait en miniature de Jacques-Etienne et Joseph Montgolfier

Fuselage de chasseur Spad XIII

SNCASE SE 3130 Alouette II

Aérospatiale SA 321 G Super Frelon 144

Aérospatiale SA-316B Alouette III 1115 F-ZBAN Sécurité Civile

DASSAULT MIRAGE III C

Saab Sk 37E Viggen

SUD AVIATION SE-210 CARAVELLE

Short S.25 Sandringham Mk7 Bermuda F-OBIP

Boeing 727-22F Bud N166FE FedEx

Aérospatiale SN-601 Corvette 100 31 F-GJAP Airbus

BREGUET Br 941S

Polikarpov I-153

Heinkel He 162 A-2 Spatz

Casa C-2.111D BR.21 Pedro Heinkel He 111H-16

Bücker Bü 181C.3 Bestmann

Bernard 191 GR N°2 Oiseau Canari

NACELLE DU ZEPPELIN LZ 113

VOISIN L.A.S

Nieuport 11 « Bébé »

NIEUPORT XI

JUNKERS J.9 (DI)

DE HAVILLAND D.H. 9

BREGUET XIV A2

SPAD VII

Caudron G3

Caudron G.3

Voisin Farman

SANTOS-DUMONT DEMOISELLE

Morane-Saulnier type H

LEVAVASSEUR ANTOINETTE

DEPERDUSSIN B