Présentation et histoire

Fermeture du Planétarium

Le Planétarium sera exceptionnellement fermé au public mardi 18 au vendredi 22 juillet inclus.

Merci de votre compréhension.

Tarmac historique

En 1914, les terrains entre Dugny et le Bourget au nord-est de Paris – formant un vaste espace sans construction – sont réquisitionnés pour les besoins de la guerre. De nombreux appareils sortant des usines transitent par la nouvelle base militaire avant d’être acheminés vers le front par les airs.

Des pilotes célèbres effectuent également des missions à partir du Bourget où sont stationnées les escadrilles du Camp Retranché de Paris. Dans l’entre-deux-guerres, une partie des installations est reconvertie pour l’aviation civile. Des lignes commerciales vers Londres et Bruxelles voient le jour dès 1919. L’aéroport du Bourget est également le lieu de départ ou d’arrivée de « grands raids », tel que celui de Charles Lindbergh en 1927 – qui y atterrit au terme de la première liaison New-York-Paris – ou celui de Costes et Bellonte, qui effectuent la première traversée atlantique en sens inverse en 1930.

1919

Le 26 décembre 1918, le ministère de la Guerre donne son accord à Albert Caquot – alors directeur de la section technique de l’aéronautique – pour la création d’un conservatoire de l’aéronautique. L’année suivante, les premières « collections de l’aéronautique » prennent place dans un hangar des établissements Voisin à Issy-les-Moulineaux. Le 19 décembre 1919, les éléments réunis sont exposés pour la première fois à l’occasion de la 6e exposition internationale de l’aéronautique au Grand Palais.

1921

Le 23 novembre, le musée de l’aéronautique est inauguré à Chalais-Meudon dans un ancien atelier aérostatique construit pendant la Grande Guerre. Il présente une riche collection d’aérostation, d’aviation et de très nombreux moteurs qui ont marqué les débuts de l’aéronautique et qui ont survécu à la Guerre de 1914-1918.

1936

L’espace faisant défaut à Chalais-Meudon, une partie des collections est déménagée à Paris, boulevard Victor (XVe arrondissement). L’appellation « musée de l’Air » est retenue. S’il ferme alors ses portes aux visiteurs, le site de Chalais-Meudon est conservé pour les réserves en raison du manque d’espace à Paris.

1937

Les travaux de construction d’une nouvelle aérogare sur le port aérien du Bourget – pour laquelle c’est le projet de l’architecte Georges Labro qui a été retenu – sont achevés. L’inauguration a lieu le 12 novembre, lors de l’Exposition Universelle, en présence du président de la République Albert Lebrun.

1939-1945

L’aéroport devient une base allemande sur laquelle l’occupant construit une piste en béton. Bombardé à de nombreuses reprises, il est remis en état à la libération par les Américains et les Britanniques. Dès 1945, le trafic reprend avec l’ouverture en octobre de la ligne postale reliant Le Bourget à Pau – via Bordeaux et Toulouse – ainsi que le rétablissement d’une liaison commerciale entre Le Bourget et Londres. Dès janvier 1946, Air France reprend son exploitation au Bourget. Parallèlement, Orly accueille ses premiers passagers.

Fermé en septembre 1939, détruit partiellement par une bombe en juin 1940, le hall du Boulevard Victor est quant à lui reconstruit et affecté, en 1945, à d’autres services de l’Armée. Les collections exposées à Paris regagnent alors Chalais-Meudon. Ce n’est qu’en 1961 qu’elles sont de nouveau accessibles au public de façon régulière – la visite devant, jusqu’alors, avoir fait l’objet d’une demande individuelle motivée.

1949-1956

Après la guerre, dès la reprise du trafic aérien commercial, Paris se dote d’un second aéroport à Orly, dont l’objectif est de devenir, à terme, le seul aéroport de la capitale. Le Bourget connait parallèlement une croissance exceptionnelle du nombre de passagers de 1946 à 1953 (+ 124 %) puis une légère baisse en 1954-1955 suite au départ d’Air France pour Orly. À partir de 1956, le trafic repart à la hausse dans le cadre de la complémentarité avec Orly désormais souhaitée par l’Aéroport de Paris. En complément, Le Bourget bénéficie de l’implantation du Salon de l’Aéronautique en 1953. La perspective d’une fermeture définitive du Bourget, au profit d’un nouvelle plateforme – le futur aéroport Charles-de-Gaulle – apparait toutefois à partir de 1958.

1973

À la faveur de la création du nouvel aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle, décision est prise par le ministre des Armées de regrouper les collections du musée sur le site de l’aéroport du Bourget, dont la diminution du trafic est programmée.

Le 19 octobre, le Concorde prototype 001 F-WTSS est remis au musée de l’Air.

1975

Le 27 mai 1975, le premier hall d’exposition est inauguré sur le site du Bourget. À partir de cette date, le musée s’agrandit régulièrement au rythme d’une ouverture de hall tous les deux ans jusqu’en 1983.

1979

Installation sur le tarmac de la maquette à l’échelle de 1:1 de la fusée Ariane 1, à l’occasion du 33e Salon de l’aéronautique et de l’espace.

1981

Fin des vols commerciaux au Bourget. L’aéroport est dorénavant réservé à l’aviation d’affaires et à la maintenance aéronautique. Parallèlement, le site du Meudon ferme définitivement ses portes au public le 11 octobre.

1983

Le musée de l’Air inaugure son hall « Espace », retraçant l’histoire de la conquête spatiale, et devient le musée de l’Air et de l’Espace.

1985

Ouverture du planétarium.

Installation des 3 Fouga Magister à l’entrée du musée.

1987

La Grande Galerie, consacrée à l’histoire de l’aéronautique des origines à 1918, est inaugurée dans l’ancienne aérogare construite par Georges Labro en 1937.

1993

Fin de l’exploitation de la tour de contrôle de l’aérogare historique.

1994

L’aérogare est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.

1995

Une maquette à l’échelle 1:1 de la fusée Ariane 5 est installée sur le tarmac à l’occasion du 41e Salon de l’aéronautique et de l’espace.

1996

Ouverture au public du hall métallo-textile à l’intérieur duquel est exposé le prototype « Concorde 001 ».

2000

Le Boeing 747-128 F-BPVJ se pose au Bourget. Après un aménagement intérieur, il est ouvert aux visiteurs en juin 2003.

2003

Arrivée en vol au musée de l’Air et de l’Espace du Concorde F-BTSD, le 14 juin 2003.

2007

Inauguration du hall des voilures tournantes, dans le cadre du centenaire de l’hélicoptère.

2010

Ouverture de Planète Pilote, espace ludo-éducatif dédié aux 6-12 ans.

2013

La Salle des Huit Colonnes rénovée est inaugurée.

2015

Deux halls du musée sont rouverts dans une nouvelle scénographie : le hall de la Cocarde et le hall 39-45. Un nouvel espace dédié à l’histoire du groupe de chasse Normandie-Niemen est inauguré.

2017

Arrivée en vol sur le tarmac du musée de l’Airbus A380 MSN4 F-WWDD – quatrième et dernier avion d’essai du programme – le 14 février.

2019

Le 9 décembre 2019, le musée de l’Air et de l’Espace célèbre son centenaire avec l’inauguration de sa nouvelle Grande Galerie, dans  l’aérogare Labro rénovée. Les expositions permanentes dédiées aux Pionniers de l’Air et à la Grande Guerre y sont présentées dans une scénographie repensée.