Aérospatiale-BAe Concorde Sierra Delta 213 F-BTSD Air France

En raison du meeting Perche aux étoiles, les activités Planétarium et visites guidées seront indisponibles le 15 juin toute la journée.

Merci de votre compréhension.

Le programme Concorde

Défi technique globalement remporté, le Concorde, beaucoup trop cher à exploiter, n’était pas commercialement rentable. Aucune compagnie aérienne ne transforma ses options en commandes fermes. Pour sauver l’ensemble du programme, les gouvernements Britannique et Français imposèrent les seize avions de série à leur compagnie nationale respective, moyennant un important soutient financier.

Les premiers vols commerciaux

Le premier exemplaire commercial, le F-WTSB, vola le 6 décembre 1973. Plus de 5 500 heures de vol accumulées par les huit premiers Concorde dont 2 000 en supersonique aboutirent à la certification le 9 octobre 1975 en France et le 5 décembre en Grande-Bretagne. La mise en service débuta le 21 janvier 1976 sur Paris-Dakar-Rio et Londres-Bahrein prolongé ensuite sur Singapour. Mais seuls les vols transatlantiques pouvaient justifier l’exploitation du premier avion de transport supersonique. Les vols sur Washington débutèrent le 24 mai 1976, ceux sur New-York, le 22 novembre 1977.

L’avion de tous les records

Concorde fut employé aussi pour des vols spéciaux tels que des baptêmes de l’air à Mach 2 ou des voyages au long cours, une activité lucrative prenant une part non négligeable des heures de vol. Dans ce domaine le F-BTSD Sierra Delta, actuellement exposé au musée, s’illustra en établissant successivement le record de vitesse commercial circumterrestre d’ouest en est les 12 et 13 octobre 1992 en 25 h 15 (18 h 18 en supersonique) puis le 15 et 16 août 1995 dans le sens inverse en 22 h 46 (18 h 46 en supersonique).

Fin d’exploitation et arrêt des vols

Après la catastrophe du 25 juillet 2000 qui entraîna la perte du F-BTSC, le troisième avion de série, et la mort de 113 personnes dont 4 au sol, le Sierra Delta servit aux essais de nouveaux pneumatiques NZG, puis le 7 novembre 2001, il accomplit le vol de réouverture sur Paris-New-York. En 2003 ce fut encore lui qui le 31 mai acheva l’exploitation supersonique de la ligne en se posant à Roissy. Il fut remis au musée le 14 juin 2003 ayant accumulé 12 976 heures de vol accumulées depuis le 26 juin 1978 et reparties sur 4 282 vols.

Les Britanniques qui affichaient un coefficient de remplissage deux fois supérieur aux Français maintinrent leurs activités jusqu’au 26 octobre 2003.

Arrivée en vol au musée

Voici en exclusivité l’atterrissage du vol AF380Y CDG – LBG du 14 juin 2003, le dernier vol du Concorde Sierra Delta.

Descente de nez

Concorde en images

Qualification des équipages Concorde à Vatry et Châteauroux

Mai 2003 : un des derniers décollages du Concorde F-BTSD

Témoignagne de Béatrice Vialle, officier pilote de ligne sur Concorde

Le cockpit du Concorde Sierra Delta en 360°

Le cockpit sous tension du Concorde Sierra Delta en 360°

Dans la même période :

Maquette au 1/10e du Farman F.60 Goliath

Hansa Jet HFB 320

Partie avant de Boeing 707 F-BHSL Château de Maintenon

Sud Aviation SE-210 Caravelle

Rolls Royce Trent 900

Short S.25 Sandringham Mk7 Bermuda F-OBIP

Position de Contrôle

Dassault Mercure 100 N°4 F-BTTD Air Inter

Canadair CL-215

Boeing 747-128 F-BPVJ

Boeing 727-22F Bud N166FE FedEx

Aérospatiale SN-601 Corvette 100 31 F-GJAP Airbus

Exposé dans le même hall :

Turboréacteur CFM56

Turboréacteur Adour

SEPECAT Jaguar A n°91

Dassault Mirage IV A

Rolls Royce Trent 900

BAC-Sud Aviation Concorde prototype 001 F-WTSS