Fusée EA 41

Durant la Seconde Guerre mondiale, le colonel Jean-Jacques Barré (1901-1978), disciple de Robert Esnault-Pelterie, met au point dans la clandestinité la fusée EA 41 (Engin Autopropulsé 1941). Fonctionnant à l’oxygène liquide et à l’essence de pétrole, c’est la première fusée à ergols liquides construite en France. D’une masse de 100 kg, elle doit emporter une charge utile de 25 kg à une distance 100 km.Le premier essai en vol se déroule après la Libération le 15 mars 1945 au polygone de la Renardière près de Toulon mais la fusée explose après 5 secondes le décollage. La cinquième tentative, le 6 juillet suivant, permet d’atteindre 60 km.

Dans la même période :

Moteur Viking 5

Fusée-sonde véronique 61

Scaphandre de sortie extravéhiculaire Orlan DMA

Four MEPHISTO

Satellite de télécommunications ARABSAT 1A

Morceau de coiffe de fusée Ariane 4

Véhicule lunaire télépiloté LUNAKHOD 1

Lanceur DIAMANT A

Pointe de fusée-sonde Rubis

Capsule spatiale Vostok

Capsule Soyouz T-6

Philea

Ariane 5

Lanceurs fusées Ariane 1 et Ariane 5

SSBS – S3 – Missile balistique sol-sol

Exposé dans le même hall :

Moteur Viking 5

Fusée-sonde véronique 61

Scaphandre de sortie extravéhiculaire Orlan DMA

Four MEPHISTO

Satellite de télécommunications ARABSAT 1A

Morceau de coiffe de fusée Ariane 4

Véhicule lunaire télépiloté LUNAKHOD 1

Lanceur DIAMANT A

Pointe de fusée-sonde Rubis

Capsule spatiale Vostok

Capsule Soyouz T-6

Philea

SSBS – S3 – Missile balistique sol-sol