Planète Pilote

En raison de la rénovation du musée, l’espace Planète Pilote est temporairement fermé au public, sa réouverture est prévue pour fin 2018.

Merci de votre compréhension.

Un espace ludo-éducatif dédié aux 6-12 ans

Pénétrer dans le cockpit d’un petit avion de tourisme ou d’un Airbus A320, ranger les bagages d’un gros avion de ligne ou faire son plein en kérosène, observer l’activité d’un aéroport depuis une tour de contrôle, faire de la bicyclette dans une station spatiale pour rester en forme, prendre conscience que l’air peut porter un avion ou qu’une fusée a besoin d’une grande vitesse pour quitter l’attraction terrestre, découvrir les différentes planètes de notre système solaire… Toutes ces activités, et bien d’autres encore, sont proposées depuis le mois de juin 2010 dans la nouvelle exposition permanente du musée : Planète Pilote.

L’espace est découpé en quatre zones

  • l’homme se donne des ailes
  • l’homme voyage en avion
  • atteindre l’espace
  • vivre et travailler dans l’espace.

Sur plus de 1 000 m2, lors de chaque séance, les enfants, individuels ou en groupes, accompagnés de leurs parents ou de leurs éducateurs, peuvent utiliser spontanément et librement plus de 40 manipulations interactives sur les thèmes de l’aéronautique et de l’espace.

Planète Pilote pratique

  • 1 séance toutes les heures, 4 à 7 séances par jour à : 10h*, 11h, 12h**, 13h, 14h, 15h et 16h**
  • Sans réservation
  • Réservation uniquement pour les groupes

*Séance réservée aux projets scolaires
**Séances en option, selon périodes et réservations

Plus de 6 millions d’hommes et de femmes voyagent en avion chaque jour à travers le monde. Le transport aérien est devenu en un siècle un moyen de transport presque banal et extrêmement fiable. Il repose pourtant sur un phénomène presque miraculeux : la portance, assurée par la vitesse de déplacement des ailes dans l’air.

Comment ça marche ?

Quitter le plancher des vaches, un rêve vieux comme le monde. L’homme a d’abord essayé d’imiter la nature. Il a observé le vol des oiseaux et s’est fabriqué des ailes, sans résultat. Il a ensuite accroché des nacelles sous des ballons renfermant des gaz plus légers que l’air, assez peu performants. Il a enfin construit des appareils équipés de grandes surfaces portantes et de puissants moteurs, donnant naissance à l’aviation.

A quoi ça sert ?

Une activité économique majeure. L’aviation d’aujourd’hui engendre une multitude d’activités périphériques, qu’il s’agisse de loisirs, de commerce ou de défense. Elle concerne des millions d’emplois dans le monde, des ingénieurs des bureaux d’études (où les avions de demain sont imaginés) aux personnels de bord des avions de ligne, en passant par tous les métiers d’un aéroport. Tous sont au service des utilisateurs, qui souhaitent voyager plus vite et plus loin.

L’homme a également toujours rêvé de « quitter le berceau » et de voyager au-delà de l’atmosphère. Il y est parvenu en profitant de la rivalité entre les Américains et les Soviétiques durant la Guerre froide, grâce à des engins dérivés des missiles balistiques intercontinentaux. Il a ainsi pu décrocher la Lune en 1969, à peine 12 ans après l’envoi du premier satellite artificiel autour de la Terre.

Comment ça marche ?

S’arracher de la Terre. Les défis du voyage dans l’espace sont nombreux. Il faut d’abord s’affranchir de l’attraction terrestre puis évoluer dans un milieu violent et hostile : vide, températures extrêmes, rayons cosmiques nocifs et bolides en tous genres. C’est la fusée, basée sur le principe d’action-réaction, qui permet d’atteindre la vitesse nécessaire au décollage et offre à ses occupants des conditions de vie minimales.

A quoi ça sert ?

L’espace s’est vite révélé utile et porteur de savoirs. Les satellites espions ont vite été rejoints par de nouvelles sentinelles qui scrutent la Terre sous toutes ses facettes, pour mieux la comprendre et la gérer. Les relais de communication, dégagés de tout obstacle topographique, ont également fleuri tout autour du globe, permettant de sortir de l’isolement de nombreuses régions du monde. Qui pourrait aujourd’hui s’en passer ? Et que dire des signaux GPS directement reçus de constellations de satellites ?

Planète Pilote est accessible en fauteuil roulant. Il est possible de circuler dans tout l’espace cependant quelques manipulations ne sont pas accessibles.