Hélicoptère expérimental Pescara

Fermeture du Planétarium

Le Planétarium sera exceptionnellement fermé au public mardi 18 au vendredi 22 juillet inclus.

Merci de votre compréhension.

L’hélicoptère expérimental construit vraisemblablement vers 1925 par le marquis Raúl Pateras Pescara de Castelluccio est l’unique aéronef conservé qui témoignage des recherches de ce pionnier des voilures tournantes. Ses machines sont les premières à comporter un dispositif permettant la variation cyclique du pas des pales, dont le principe est essentiel au fonctionnement de l’hélicoptère. Cet hélicoptère expérimental fait partie des objets les plus anciens de la collection du musée.

Le marquis de Pateras-Pescara développe et pilote au moins cinq hélicoptères expérimentaux d’abord en Espagne puis en France, avec l’aide du Service technique de l’Aéronautique à Issy-les-Moulineaux entre 1920 et 1931. Leur construction repose sur des principes identiques : rotors coaxiaux qui tournent en sens inverse, pales biplanes entoilées, essieux d’automobile. Avec son troisième hélicoptère, il établit le record mondial de distance en ligne droite en couvrant 736m en vol, le 18 avril 1924 sur l’aérodrome d’Issy-les-Moulineaux.

L’hélicoptère expérimental conservé au musée est l’une des dernières machines construites par Pescara, probablement à partir d’éléments provenant de ses hélicoptères précédents. Il dispose du système de contrôle de commande du pas cyclique qui permet le déplacement horizontal de l’hélicoptère en faisant varier l’inclinaison des pales dans la rotation. Ce principe essentiel au fonctionnement des hélicoptères fut défini par d’autres précurseurs au tout début du 20e siècle mais Pescara fut le premier à tenter de le mettre en application sur ses machines. Le système est commandé par le « manche à balai » du pilote qui actionne les câbles reliés à des poulies intégrées dans les pales. Ils produisent l’inclinaison des pales en les déformant, par gauchissement.

Pescara a également défini l’application du principe d’autorotation aux hélicoptères. Ses expériences ont démontré l’intérêt de créer un effet de sustentation en appliquant l’autorotation des hélices. La manœuvre permet notamment d’atterrir en cas de panne du moteur. Elle consiste à débrayer le rotor du moteur et à adopter une vitesse de descente qui permet aux pales de continuer à tourner, entraînées par le vent relatif, le vent de la vitesse.

Texte : Rosène Declementi

Dans la même période :

Hélicoptère électrique expérimental

Breguet G 111

Renard Hélicoptère

S.N.C.A.S.O S.O. 1110 Ariel II

S.N.C.A.S.E C.302

Aérospatiale S.A. 341 F Gazelle

Roland Kloeti RK-02 Hydrogyro

Gary RG.01

Piasecki HUP-2 Retriever

Bell 47G

S.N.C.A.S.O S.O 1220 Djinn

S.N.C.A.S.E S.E.3101

Sikorsky H-34A

Xenon

S.N.C.A.S.E S.E. 3130 01 Alouette II

Sud Aviation SA 319 B Alouette III

SNCASE SE 3130 Alouette II

Oehmichen N°6

La Cierva C.8L-II

Hiller UH 12B Raven Hiller 360

Focke-Achgelis Fa 330-A-0 Bachstelze

Dragon Fly 333

Aérospatiale SA 321 G Super Frelon 144

Aérospatiale SA-316B Alouette III 1115 F-ZBAN Sécurité Civile

Exposé dans le même hall :

Hélicoptère électrique expérimental

Breguet G 111

Renard Hélicoptère

S.N.C.A.S.O S.O. 1110 Ariel II

S.N.C.A.S.E C.302

Aérospatiale S.A. 341 F Gazelle

Roland Kloeti RK-02 Hydrogyro

Gary RG.01

Piasecki HUP-2 Retriever

Bell 47G

S.N.C.A.S.O S.O 1220 Djinn

S.N.C.A.S.E S.E.3101

Sikorsky H-34A

Xenon

S.N.C.A.S.E S.E. 3130 01 Alouette II

Sud Aviation SA 319 B Alouette III

Oehmichen N°6

La Cierva C.8L-II

Hiller UH 12B Raven Hiller 360

Focke-Achgelis Fa 330-A-0 Bachstelze

Dragon Fly 333