Hiller Raven 360

Hiller UH 12B Raven Hiller 360

Génie mécanique précoce, Stanley Hiller fonda sa société Hiller Helicopters à l’âge de 16 ans avec cinq compagnons, et fit voler le XH-44 à rotors co-axiaux l’année suivante. Confronté à des problèmes d’instabilité sur un appareil mono rotor le UH-5, il créa le rotormatic control  qui sera adopté sur le Hiller 360 triplace qui effectua son premier vol le 11 novembre 1947.

Hiller Raven 360

Le rotormatic

Il permettait au pilote, pour changer le pas cyclique du rotor d’actionner sans effort et directement par un manche, un servo-rotor aérodynamique commandant le rotor principal.

Le profil spécial du servo-rotor garantissait l’auto stabilité de l’hélicoptère.

1948-1967 : de l’incertitude au succès

En octobre 1948, le Hiller 360 était certifié et si la production en série est mise en place, peu de clients se présentèrent car on ne savait trop comment utiliser cet étrange machine.

Une quarantaine d’exemplaires vendus semblaient avoir fait le plein.

Hiller Raven 360
Hiller Raven 360

Le sauvetage très médiatisé d’un enfant qui s’était brisé le dos dans les montagnes de Yosemite changea la donne : un entrepreneur français Henry Boris acheta trois machines, tenta d’intéresser les militaires ce qui eut un impact sur les militaires Américains qui en commanderont 1831 en multiples versions jusqu’en 1967.

Avec les acquisitions civiles, plus de 2200 exemplaires furent construits.

Service en Indochine

Deux exemplaires arrivèrent en Indochine en mai 1950. En un an et demi ils avaient évacué plus de 300 blessés en 200 missions, les Hiller 360 pouvant accueillir une civière de chaque côté du fuselage. Les capitaines Santini et Valérie André (aux commandes sur l’image ci-contre) s’illustrèrent au cours des combats.

Finalement dix autres furent encore engagés dans le conflit puis sur un total de 22 employés par les Armées, les survivants serviront principalement à l’entraînement des équipages.

Hiller Raven 360

L’exemplaire exposé au Musée

Acheté par le Musée en octobre 1997, l’appareil exposé porte les couleurs du n°699, un UH-23B livré en 1954 au Groupement d’Hélicoptère GH-1 de Satory où il servit jusqu’en 1959 avant d’être versé au GALAT N°7. Il sera réformé en mai 1962.

Dans la même période :

Alouette II

SNCASE SE 3130 Alouette II

Oehmichen N°6

Oehmichen N°6

La Cierva C.8L-II

La Cierva C.8L-II

Focke-Achgelis FA330

Focke-Achgelis Fa 330-A-0 Bachstelze

Dragon Fly 333

Dragon Fly 333

Super Frelon

Aérospatiale SA 321 G Super Frelon 144

Alouette III

Aérospatiale SA-316B Alouette III 1115 F-ZBAN Sécurité Civile

Exposé dans le même hall :

Oehmichen N°6

Oehmichen N°6

La Cierva C.8L-II

La Cierva C.8L-II

Focke-Achgelis FA330

Focke-Achgelis Fa 330-A-0 Bachstelze

Dragon Fly 333

Dragon Fly 333