Accéder au site du musée de l'Air et de l'Espace

7 octobre 2016

Verdun,
la guerre aérienne.

Exposition du 15 octobre 2016
au 29 janvier 2017

Le musée de l’Air et de l’Espace présente une exposition, Verdun, la guerre aérienne, du 15 octobre 2016 au 29 janvier 2017. Elle propose une nouvelle lecture de l’histoire de l’aviation militaire et de son impact sur la totalisation du second conflit mondial. Depuis « la lutte pour la supériorité aérienne » jusqu’à la propagande et la mobilisation de l’arrière », le propos s’appuie sur des documents rares. L’avion « Bébé » Nieuport, premier avion de chasse français produit en masse et la voiture de sport torpédo Sigma de Georges Guynemer sont les deux pièces phares.

> Les débuts de la guerre aérienne

La mémoire de la bataille de Verdun reste fondamentalement associée à la boue des tranchées et aux souffrances des poilus. Or cette bataille emblématique marque aussi les véritables débuts de la guerre aérienne, qui contribue puissamment à la totalisation du conflit. Mettant en confrontation, pour la première fois, des objets et des documents majeurs grâce aux prêts consentis par de nombreuses institutions, l’exposition montre comment cette bataille aérienne inaugure un nouvel aspect des conflits au XXe siècle. En effet, l’année 1916 est marquée par une escalade de raids de bombardement meurtriers sur des villes ouvertes, qui constituent un sujet dominant dans la presse. Menaçant directement les civils, l’arme aérienne contribue ainsi à instaurer une guerre psychologique touchant toutes les sociétés impliquées.

Riche de plus de 170 pièces, le parcours de visite s’organise autour de deux objets phares, le Nieuport XI - premier avion de chasse français produit en masse - et la voiture de sport de Georges Guynemer. Ils constituent les temps forts d’un propos prenant en compte l’arrière tout autant que le front, dans une démarche visant à matérialiser le caractère total de la guerre aérienne.

> Une approche diversifiée et renouvelée

L’exposition propose une lecture renouvelée de la bataille aérienne essentiellement étudiée, jusqu’ici, d’un point de vue aéronautique et militaire. À l’opposé d’une histoire évènementielle, le parti pris cherche ainsi à diversifier les angles d’approche (technique, industriel, sociétal, anthropologique, mémoriel, etc.), mettant en lumière les multiples dimensions d’une bataille qui inaugure une nouvelle ère de l’histoire des conflits. Investie d’un rôle à la fois politique et psychologique, annihilant la limite traditionnelle entre le front et l’arrière, l’arme aérienne s’affirme, à Verdun, comme un puissant instrument de la totalisation de la guerre.

> La lutte pour la suprématie aérienne

Alors que l’intérêt militaire de l’aviation tardait à être pleinement reconnu par le haut commandement français, l’offensive allemande du 21 février 1916 provoque une prise de conscience : la supériorité aérienne est désormais considérée comme une nécessité à la fois tactique et stratégique. Dès la fin février, une lutte acharnée s’engage entre les belligérants. L’avantage semble s’établir au profit de l’armée française durant le printemps 1916, grâce au chasseur Nieuport XI et à la mise en application d’une nouvelle doctrine : l’offensive à outrance. Mais son coût humain est élevé et son efficacité pâtit de problèmes de matériel.

Combattre dans le ciel de Verdun

Échappant à l’enfer des tranchées, les aviateurs ont souvent été considérés comme des privilégiés. Pourtant, la bataille de Verdun se distingue par des pertes dont l’ampleur a marqué l’histoire de l’aéronautique. Enquêtant sur les formes et les causes d’une mortalité très élevée, l’exposition évoque la pénibilité des vols, le surmenage dû à l’augmentation et à la durée des sorties, les traumatismes physiques et psychiques. Derrière l’écran des stéréotypes, les sources révèlent ainsi comment l’emploi en masse de l’aviation entraîne, proportionnellement, l’un des bilans les plus lourds de la Première Guerre mondiale.

La guerre de l’arrière

L’année 1916 est marquée par une escalade de raids meurtriers sur des villes ouvertes, de part et d’autre du front. Dans une logique de terreur, ces attaques signifient à la population ennemie toute entière qu’elle est susceptible d’être frappée. Menaçant directement les civils, l’arme aérienne contribue ainsi à instaurer une guerre psychologique touchant toutes les sociétés impliquées. 

Ces bombardements constituent un sujet dominant dans la presse, qui réserve à la guerre aérienne une place de plus en plus substantielle en 1916. En explorant différentes formes de propagande, l’exposition met en évidence, dans une approche inédite, le retentissement médiatique de ce nouveau type de guerre.

Une publication aux éclairages inédits

L’exposition est accompagnée d’une publication réunissant les contributions de quinze auteurs (éditions Pierre de Taillac / musée de l’Air et de l’Espace, avec le soutien de l’Association des amis du musée de l’Air). Richement illustré, cet ouvrage collectif apporte des éclairages inédits sur des aspects peu explorés, qu’il s’agisse de l’expérience combattante des aviateurs, du sort des civils pris pour cibles par les bombardements aériens, ou encore de la place de la guerre aérienne dans la presse et dans la bataille des images qui se joue à l’arrière.

Commissariat scientifique

Gilles Aubagnac et Clémence Raynaud
conservateurs au musée de l’Air et de l’Espace

Labellisée par la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, cette exposition est organisée en partenariat avec le Service historique de la Défense.

Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale     Service historique de la Défense

Informations pratiques

Du 15/10/2016 au 29/01/2017
De 10h00 à 17h00, fermé le lundi
Musée de l’Air et de l’Espace

Tarifs : 7€ / réduit 4€ (hors scolaires)

Contact presse

Pascale Nizet
+33 (0)1 49 92 70 16
+33 (0)6 03 74 18 42
presse@museeairespace.fr

Contact musée

Service communication
Claire Stewart
+33 (0)1 49 92 70 79
claire.stewart@museeairespace.fr


Musée de l'Air et de l'Espace
Aéroport de Paris - Le Bourget - BP 173
93352 Le Bourget Cedex
France
www.museeairespace.fr

Et aussi

> Participez à la vie du musée, adhérez à l’Association des Amis du Musée de l’Air (AAMA).

> Fermeture hebdomadaire : le lundi
> Le musée est ouvert de 10h à 17h jusqu'au 31 mars (10h-18h à partir du 1er avril jusqu’au 30 septembre).

> Spécial groupes : le parking pour les bus est gratuit au musée de l’Air et de l’Espace
> Accès libre aux collections permanentes : PASS gratuit à l'accueil
> Le restaurant et la boutique

Pensez à ajouter ecrire@museeairespace.fr à votre carnet d'adresses pour être sûr de voir nos messages.

FacebookTwitterInstagramYouTube