Hommage au général de corps aérien Roland Glavany

Le général de corps aérien Roland Glavany est décédé le 16 janvier 2017. Aviateur, fantassin, pilote d’essai, il a particulièrement marqué le monde militaire français de la deuxième moitié du XXe siècle. Né le 20 avril 1922, à Nantes, il intègre l’Ecole de l’air en 1940. Il entre ainsi dans la carrière des armes alors que la France de Vichy accepte la défaite et remet l’épée au fourreau. En novembre 1942, après le débarquement anglo-américain en Afrique du Nord, le jeune officier, breveté pilote, rejoint l’Algérie en passant par l’Espagne et les prisons franquistes. A l’armée de l’Air qui ne peut alors le former avant un long stage aux Etats-Unis comme pilote de chasse sur matériel américain, il préfère – pour reprendre le combat au plus vite contre l’Allemagne – le bataillon de choc créé par commandant Gambiez en mai 1943. Il participe ainsi à la libération de la Corse en septembre 1943, puis aux opérations sur l’Ile d’Elbe et enfin au débarquement de Provence d’août 1944. Blessé très gravement dans des combats près de Dijon, il est fait chevalier de la Légion d’honneur à 22 ans. En 1948, après une affectation comme pilote de chasse sur P51 Mustang dans l’escadron 2/33 Savoie, stationné en Allemagne, il choisit la société civile, entre à SupAéro avant de devenir ingénieur et pilote d’essai chez Dassault. En 1958, il est le premier pilote européen à voler à la vitesse de Mach 2 sur Mirage III A01. Pendant dix ans, il a piloté tous les appareils expérimentés par Dassault. En 1959, il choisit de revenir dans l’armée de l’Air ; il assure d’abord les liaisons air-sol de la 11e brigade parachutiste en Algérie. Revenu en métropole, il reçoit le commandement successif de plusieurs unités de l’armée de l’Air, en particulier les bases aériennes d’Istres et de Mont-de-Marsan et les écoles de l’Armée de l’Air avant de quitter le service actif en 1978 ; il est alors général de corps aérien. Le général Roland Glavany, Grand-Croix de la Légion d’honneur, a été aussi président de l’association Les Ailes Brisées et du Souvenir Français. En 2013, il avait publié ses souvenirs dans un ouvrage remarqué « Du bataillon de choc au Mirage ».

Articles similaires

paris-space-week-2020-920-720

Paris Space Week 2020

Les 25 et 26 février, la 6e Paris Space Week est organisée en partenariat avec le Pôle de Compétitivité aérospatial ASTech Paris Région au musée [...]

2019, hausse de la fréquentation du musée

Le musée de l’Air et de l’Espace – Aéroport Paris-Le Bourget a accueilli 315 787 visiteurs en 2019, soit une augmentation de 13,6% par rapport à [...]

Salon des formations et métiers aéronautiques 2020

Le rendez-vous incontournable pour s’informer et s’orienter dans l’aérien Pourquoi ce salon ? Pour découvrir les nombreux métiers du secteur aéronautique et les différentes filières [...]